home e
d

sm

la tradition
La religion immuable
Le juste milieu
Les dix commandements
Types spirituels d'Abû Bakr et d'Omar
Le prophète Yûsuf
Six grâces entraînent six autres
Sagesses de Sufiân al-Thaurî
Jesus Messie, fils de Maria
Véritable égalité islamique
Conseil à un adolescent

De la notion de juste milieu
en toutes choses selon la Tradition islamique

Le modèle de vie du Prophète Muhammad ﷺ - que Dieu l'honnore de Ses grâces unitives et de Sa paix salvifique - illustre l'équilibre observé en toutes choses sous l'empire d'une sagesse divine omniprésente. Il en ressort que la négligence persistante ou l'excès outré ne peut conduire le musulman qu'au déséquilibre et à une privation de grâces.

La révélation des versets coraniques suivants :

"O vous qui croyez ! Ne déclarez pas illicites les bonnes choses que Dieu vous a permises. Ne soyez pas des transgresseurs. Dieu en vérité n'aime pas les transgresseurs. Mangez ce que Dieu vous accordé de licite et de bon, et craignez Dieu en qui vous croyez."
(Cor. 5, 87-88)

Le furent à l'occasion d'une explication faite par Le Prophète Muhammad ﷺ- sur lui la prière et le salut - à diverses questions posées par un compagnon au nom d'Othman ben Maz'ûn. Celui-ci, selon la relation faite par Saïd ben al-Musayib, vint auprès de l'Envoyé de Dieu - sur lui la prière et le salut - et lui tint les propos suivants :

"O Envoyé de Dieu ! Je suis accablé de pensées intérieures persistantes (hadith al-nafs), mais je ne veux pas agir avant de t'avoir consulté au préalable. Et au Prophète de lui demander : "De quoi te parles ton âme ?"

- "O Envoyé de Dieu ! Elle m'incite à la castration (pour préserver ma chasteté)" dit-il. Le Prophète ﷺ - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! Car il te faut savoir que l'équivalent de la castration pour ma communauté réside dans la pratique du jeûne (al-siyâm)"

- "O Envoyé de Dieu ! Mon âme me parle de me retirer dans les sommets des montagnes pour mener une vie monastique" dit-il. Le Prophète - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! La vie monacale de ma communauté réside dans le fait d'être assis dans les mosquées dans l'attente d'y effectuer les prières canoniques (al-salawât).

- "O Envoyé de Dieu ! Mon âme m'engage, comme dévotion, à pratiquer la vie errante (al-siyâhah)" dit-il. Le Prophète - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! Tu dois de savoir que la vie errante dévote pour ma communauté est constituée par le combat dans la voie de Dieu (al-ghazwu fi sabîli Llâhi), le pélérinage (al-hajj) et la visite (al-umrah) à la Maison sacrée de La Mecque.

- "O Envoyé de Dieu ! Mon âme insiste pour que je sorte de tous mes biens" dit-il. Et le Prophète - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! Car ton aumône effectuée au jour le jour, songer à couvrir tes besoins et ceux de ta famille, et faire preuve de miséricorde envers les pauvres et les orphelins, est bien plus excellent que ce à quoi t'incite ton âme".

- "O Envoyé de Dieu ! Mon âme me commande de répudier ma femme Khaulah" dit-il. Le Prophète - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! Car l'émigration dans ma communauté consiste à fuir ce que Dieu a interdit, à émigrer vers moi durant ma vie terrestre ou à visiter ma tombe après ma mort, ou encore le fait de laisser derrière soi après sa mort une femme, deux, trois ou quatre encore.

- "O Envoyé de Dieu ! M'ayant interdit de divorcer mon épouse, mon âme me détourne cependant d'accomplir l'acte conjugal" dit-il. Le Prophète - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! Tu te dois de savoir que lorsqu'un homme musulman pratique le coït avec son épouse ou sa captive, et que de cette relation sexuelle il ne s'en suit point d'enfant, il lui sera néanmoins attribué au Paradis un serviteur (wasîf) qui le servira ; mais s'il advint que cette relation sexuelle donne naissance à un enfant et que cet enfant meurt avant son père, alors il sera pour lui un prédécesseur (faratan) et un intercesseur (shafi'an) au jour du jugement (son enfant le prendra par la main pour l'introduire au Paradis) ; si, en revanche, cet enfant meurt après lui, alors il constituera pour lui une lumière particulière supplémentaire au jour de la résurrection".

- "O Envoyé de Dieu ! Mon âme me pousse à m'abstenir de consommer de la viande" dit-il. Le Prophète - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! Car moi, j'aime la viande et je la mange volontiers quand j'en ai l'occasion. Si j'avais demandé à mon Seigneur de m'en nourrir tous les jours, Il me l'aurait certainement accordé".

- "O Envoyé de Dieu ! Mon âme me suggère de renoncer aux parfums" dit-il. Le Prophète - sur lui la prière et le salut - lui répondit : "Pas si vite Othman ! Car l'archange Gabriel - sur lui la paix et le salut - m'a ordonné d'user de parfum de temps à autre. Ne l'abandonne surtout jamais le jour du vendredi (à l'occasion de la prière communautaire) ! Ne l'oublie pas Othman, et ne te détourne jamais de ma sunnah (modèle de vie) ! Car, qui se détourne de ma sunnah et meurt avant d'avoir eu le temps de se repentir, verra les anges, au jours de la résurrection, lui détourner la face de mon bassin (haud) (c'est-à-dire qu'il ne lui sera pas permis de s'y désaltérer pour ne plus jamais connaître la soif par la suite)". Et c'est alors, que furent révélés les versets coraniques en question.

 

v.1.1 2003-01-10

contact

 

2014-06-22
2004-07-20



       ** Tradition Islamique**
traditionislamique